L'AUTREMENT -S4-

Publié le par Mérédith S. Christa D'Angelo

ACTE II : LA VOIX / LA VOIE
(Une femme couchée - pièce toute blanche – on ne distingue que le lit)
 
La voix : Bonjour !
La femme : Bonjour ! Qui êtes-vous ? On se connaît ?
La voix : Oui et non.
La femme : Ecoutez, je ne vais pas bien du tout … Je suis dans un état d’extrême fatigue, alors, si on pouvait éviter de jouer aux devinettes !
La voix : Tu as longtemps réclamé un changement radical de ta vie, ce que tu as baptisé « l’autrement », n’est-ce pas ?
La femme : Oui, mais je n’en ai jamais parlé à personne… comment pouvez-vous savoir… et puis, pourquoi est-ce que vous me tutoyez ?
La voix : Parce que je te connais très bien, et que je suis là en réponse à tes SOS !
La femme : Bon, admettons ! Cela ne vous dispense pas de me dire qui vous êtes !
La voix : Le temps presse… Accepte le dialogue avec cette voix que tu entends si bien, tu découvriras mon identité plus tard, si tu le souhaites encore !
La femme : C’est étrange ! Tout à coup, je me souviens que, petite fille, quand je priais pour obtenir de l’aide, j’espérais qu’une voix chaleureuse viendrait me réconforter, me dire comment faire pour me sentir bien et en sécurité dans un monde qui m’effrayait, qui me terrorisait même à certains moments… Mais, rien, nada, il a fallu que je m’en sorte toute seule ! Alors, maintenant, les interventions célestes, je ne les attends plus, je n’y crois plus. J’ai appris à être rationnelle, sensée, les pieds sur terre, je ne crois que ce que je vois, et là je ne vois rien, je n’y comprends rien, je ne sais plus où j’en suis, ni où je suis d’ailleurs ! Je dois être malade, je dois avoir une fièvre de cheval et mon cerveau est en surchauffe… les connexions ne sont plus les bonnes ! Cette voix n’existe que dans ma tête, elle n’est pas réelle !
La voix : Oh ! La réalité, parlons-en, tiens, de la réalité ! Es-tu sûre, en ce moment même, d’être dans la réalité ? Es-tu sûre de la connaître ? Es-tu dans un éveil conscient ou en train de rêver ? As-tu rêvé tout à l’heure ou rêves-tu maintenant ? Ou bien encore rêves-tu que tu as rêvé ? Tu vois, ça se décline un peu à l’infini cette histoire-là ! En tout cas, ta réalité indubitable, là, immédiatement, ce sont bien ces paroles qui te parviennent on ne peut plus clairement… Alors ? Que choisis-tu de faire ? Te boucher les oreilles ou accepter simplement le dialogue… Qu’est-ce que tu risques ? Qu’est-ce que tu as à perdre ? Peut-être que tu as beaucoup à gagner ! Réfléchis ! C’est peut-être la seule et unique occasion de toute ta vie de jeter tous tes vieux masques, vieilles croyances, faux-semblants… Avec un peu de chance, peut-être que tu vas pouvoir te faire le plus beau cadeau que tu puisses t’offrir : te rencontrer toi-même dans ta vérité et ta réalité propres !
La femme : O.K. ! au point où j’en suis, j’accepte ta proposition… je suis curieuse de voir où ça m’entraîne… Donc, je décide de laisser de côté, au moins le temps de la conversation, le fait que je ne comprends rien à ce qui m’arrive et je décrète solennellement (vous avez remarqué comme moi que lorsque l’être humain est confronté à l’étrange hop ! il devient solennel !), je décrète, disais-je, que j’ai affaire à un interlocuteur bienveillant à mon égard, je t’appelle donc « chère voix » !

(A suivre...)

Publié dans L'AUTREMENT -5-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article