L'AUTREMENT -S5-

Publié le par Mérédith S. Christa D'Angelo

ACTE II - LA VOIX / LA VOIE (suite)
La voix : Bien, nous voilà prêts, allons-y ! Tu te demandais où tu étais, eh bien tu es dans une salle de réanimation… mais ne t’inquiète pas, tu vas sortir du coma juste après notre conversation et ça va aller très bien pour toi.
La femme : Quand même, j’aimerais bien en savoir un peu plus… Qu’est-ce qu’il m’est arrivé ?
La voix : Ne perdons pas de temps, tes proches seront là pour te donner tous les détails. Venons à l’essentiel : toi et ta vie… pas facile il me semble ! Tu réclamais un immense et radical changement que tu as appelé l’autrement. Je ne t’ai pas menti quand je t’ai dit que j’étais là pour répondre à tes appels au secours. A quoi crois-tu que cet arrêt brutal, cette immobilisation totale, cette interruption dans ta conscience… selon toi, hein ? A quoi est-ce que ça doit te servir ?
La femme : A trouver la fameuse porte avec sa fichue clé ! Je crois que je comprends. Puisque tu sais tout, tu le sais que j’ai à peu près tout essayé pour me sentir mieux… d’abord en puisant dans les solutions habituelles de notre société… me fiancer en bonne et due forme (et oui, c’est ce qui se faisait de mon temps !), puis me marier, faire des enfants…ça c’est puissant… sentir la vie dans son ventre, mettre au monde, accueillir un petit être si fragile et puis l’accompagner du mieux qu’on peut… croire qu’on va pouvoir lui tracer une belle grande avenue sans embûches… croire qu’on va réussir à lui faire faire l’économie de toutes les peurs, toutes les souffrances, toutes les tristesses qu’on a connues… Mais ça ne marche jamais comme ça ! Et on bute contre tout, tous les dangers qui menacent… accidents, maladies… et on se démène pour être une bonne mère, en hyper vigilance tout le temps… et puis le temps, justement, celui-là qui n’arrête pas de nous faire courir, courir, du matin au soir et parfois même en pleine nuit ! Ensuite j’ai essayé la panoplie complète de l’humain qui voudrait bien que ça s’arrête ce jeu de massacre et qui voudrait trouver le moyen de mettre un peu de clarté dans son propre capharnaüm. Alors tout y passe : psychothérapies, yoga, rebirth, Livres de sagesse, cassettes de relaxation et même les jeux divinatoires ! Leitmotiv : se connaître soi-même ! On n’en finit pas d’apprendre à se connaître… et le temps passe… et on n’a toujours pas trouvé ce qu’on cherche…
 Et on n’en finit toujours pas de crouler et s’écrouler sous le poids des peurs, des déprimes et de toutes ces cruautés rendues publiques ! Et en même temps on n’oublie pas de se dire que… Ouf ! quand même, on a échappé au cancer, au sida, à l’hépatite… et même, tiens, cet hiver j’ai évité la grippe et la gastro…. Et puis enfin, mais alors là franchement, je ne sais pas comment on réussit ce tour de force mais, malgré tout ça, on réussit à continuer à croire qu’un jour ça va changer, que tout va devenir plus facile, plus léger, plus doux …
La voix : Et oui, le rêve de la solution miraculeuse… le coup de baguette magique… Allez, osons le regarder en face ce vieux rêve de l’intervention divine ! C’est pour ça que tu m’as si mal accueillie tout à l’heure… c’est parce que tu y as cru, et qu’il ne s’est jamais réalisé ! Mais ma fille, tu es coincée parce que si tu renonces à y croire alors, dans ton système de vie, tu vas être obligée de t’avouer qu’il n’existe pas de solution… engluée tu es, engluée tu resteras…
La femme : Dis donc, je croyais que tu étais venu m’offrir une chance de m’en sortir

(A suivre...)

Publié dans L'AUTREMENT -6-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article